S'identifier

exercer, La Revue Française de Médecine Générale
Recommandations aux auteurs

La revue exercer est la revue francophone de médecine générale. Elle publie des articles scientifiques de soins, des articles originaux de recherche en soins premiers et des articles en science de l’éducation.

Il est demandé aux auteurs de respecter les recommandations éthiques de la revue et les recommandations aux auteurs tant sur la forme que sur le fond.

Ils doivent adresser leur manuscrit directement par courriel à l’adresse suivante : exercer@cnge.fr. Ils recevront rapidement un accusé de réception. La revue remercie les auteurs pour leurs soumissions, s’engage à respecter la charte éthique et à aider les auteurs pour une publication de qualité dans un climat le plus bienveillant possible.

Recommandations de forme

  • format Word (police Arial taille 10, interligne 1,5, texte justifié, sans retrait ni numérotation, références au format de la revue) ;

  • une première page de présentation ;

  • une deuxième page de résumés (français et anglais) ;

  • le corps du texte au format recommandé en fonction du type d’article soumis ;

  • les références bibliographiques à la suite du texte, au format de la revue ;

  • les tableaux présentés à raison d’un par page, après la page des références bibliographiques, numérotés en chiffres arabes par ordre d’apparition et légendés ;

  • les graphiques, schémas, figures, dessins, photos fournis séparément, en fichiers natifs, à raison d’un par page, avec légende numérotée en chiffres arabes par ordre d’apparition dans le texte ;

  • une lettre à la rédaction présentant succinctement le travail proposé.

Les manuscrits ne respectant pas ces recommandations minimales sont retournés aux auteurs avant toute évaluation par la rédaction.

Politique de publication

La soumission doit respecter la charte éthique. Tous les auteurs doivent avoir approuvé la soumission. Si le manuscrit a été publié auparavant ou s’il a été soumis avec un accord de principe de publication (cf. recommandations éthiques aux auteurs) les auteurs doivent demander une autorisation écrite à la revue de publication princeps et la fournir à la revue exercer en même temps que le manuscrit. exercer@cnge.fr

Ethique, confidentialité et protection des données

Les travaux de recherche doivent être conformes aux recommandations éthiques de la déclaration d’Helsinki (“WMA Declaration of Helsinki - Ethical Principles for Medical Research Involving Human Subjects”). Tous les protocoles de « recherche impliquant la personne humaine » doivent avoir été examinés par un Comité de Protection des Personnes (CPP). Si besoin la rédaction peut fournir un didacticiel de la loi Jardé du 17 novembre 2016. S’ils le requièrent, les travaux peuvent avoir été soumis à un comité d’éthique, à la Commission nationale informatique et liberté (CNIL) et au consentement des patients. Quand un travail de recherche a été soumis à l’une de ces institutions, il doit en être fait mention dans le texte à la fin de la section "méthode".

exercer respecte la charte de l’International committee of medical journal editors (www.icmje.org) concernant la confidentialité des données et le respect de la vie privée des participants. Le consentement éclairé et explicite du patient est requis avant la publication de tout travail de recherche ayant comporté un recueil d’informations personnelles (médicale ou non). Un formulaire type existe en français et en anglais sur le site www.icmje.org. Le participant doit lire la version finale de l’article avant de remplir le formulaire de consentement. Si le participant est mineur, le formulaire doit être signé par ses parents (ou tuteurs légaux) et lui-même. Si le consentement écrit ne peut être obtenu (patient non joignable, non retrouvé, dans l’incapacité de fournir un consentement éclairé), l’anonymisation des données doit être réalisée. Le processus d’anonymisation doit être validé par la rédaction de la revue exercer, pour s’assurer que personne (le participant inclus) ne puisse identifier les participants dans les détails publiés.

Si des animaux étaient inclus dans la recherche, le consentement du propriétaire ou de l’institution propriétaire doit être explicite et éclairé. La section « méthode » de l’article doit comporter des informations garantissant que les animaux n’ont pas souffert du fait du protocole.

Conflits d’intérêt

Les auteurs s’engagent à respecter les recommandations éthiques relatives aux déclarations de potentiels conflits d’intérêts.

En octobre 2009, l’ICMJE a développé et mis dans le domaine public un formulaire électronique uniforme. Une version revue en juillet 2010 est disponible sur le site Internet de l’ICMJE. exercer, la revue francophone de médecine générale, fournit une traduction française de ce formulaire, mais seule la version anglaise est officielle (l’ICMJE n’a pas certifié la version française). L’auteur correspondant doit obtenir les formulaires complétés par chaque coauteur, les conserver et les fournir à la revue sur demande. L’auteur correspondant enverra, conjointement au manuscrit, la déclaration suivante : « Tous les auteurs ont déclaré sur le formulaire ICMJE tous leurs liens ou potentiels conflits d’intérêt en rapport avec l’étude actuelle, et toutes les activités financières ou les liens avec des entreprises ou des institutions pouvant avoir une influence sur le travail soumis »

Droits réservés

Les auteurs conservent les droits sur leur article publié dans la revue exercer. Ils peuvent utiliser l’article pour un usage personnel ou académique (enseignements, conférences). exercer n’exige qu’une licence d’exclusivité pour la publication dans la revue, sur le site et produits dérivés. Pour valider la licence, l’auteur correspondant enverra, conjointement au manuscrit, la déclaration suivante : « L’auteur correspondant accorde, au nom de l’ensemble des auteurs, une licence exclusive internationale à exercer, la revue francophone de médecine générale, pour publier, distribuer, stocker, utiliser, imprimer, traduire, adapter et créer des résumés et abstracts de l’article soumis »

Préparation du manuscrit avant soumission

Pour les articles originaux, les manuscrits soumis à exercer, la revue francophone de médecine générale, doivent être conformes aux règles de l’International Committee for Medical Journal Editors concernant le fond et la forme, et les règles définissant auteurs et contributeurs (http://www.icmje.org/urm_full.pdf). Une version française de The Uniform Requirements for Manuscripts Submitted to Biomedical Journals peut être téléchargée sur http://www.icmje.org/french.pdf.

Rubrique recherche

1. Article de recherche original

C’est la présentation d’un travail scientifique original (qualitatif, quantitatif ou interventionnel) conduit dans le champ des soins premiers. La longueur maximale est de 30 000 signes espaces compris (sans limite inférieure), résumés, tableaux et références inclus. Le nombre de références bibliographiques ne devrait pas dépasser 25, sauf dans le cas des revues de la littérature. Le plan de l’article est obligatoirement de type IMRAD (Introduction, Méthode, Résultats « And » Discussion). L’article doit être accompagné de 2 résumés structurés en 5 paragraphes (contexte, objectif(s), méthode, résultats, conclusion), le premier en français et le second en anglais (maximum 300 mots chacun). Le style doit être simple et précis. « Le meilleur style de rédaction scientifique est l’absence de style ». Les phrases doivent être courtes (maximum 35 mots). Dans les sections introduction, méthode et résultats, un travail de recherche se rédige généralement au passé composé, parfois à l’imparfait, jamais au présent de l’indicatif, au futur ou au conditionnel. Dans la section discussion, le temps des verbes est libre. Il oscille généralement entre le présent et le passé composé, selon que le texte se réfère aux résultats du présent travail ou aux références citées. La voix passive doit être privilégiée, en évitant les « je », les « nous » et les « on ». La cohérence des données chiffrées présentées à la fois dans les tableaux et dans le texte doit être minutieusement contrôlée. Il est inutile de présenter la totalité des données chiffrées à la fois dans le texte du chapitre résultats et dans les tableaux.

 

 

Format IMRAD
Introduction (état des connaissances et problématisation pourquoi et comment l’équipe s’est intéressée au sujet)
Elle doit décrire le contexte, comporter des références précédentes en rapport avec le sujet, exposer la problématique ou les lacunes en lien avec le sujet. L’objectif principal et les objectifs secondaires doivent figurer en fin d’introduction.

Méthodes (comment l’équipe a fait pour répondre à la question de recherche)
Elle doit comporter une partie sur la population étudiée, le recueil de données, l’analyse des données, les critères de jugement, les tests statistiques, les logiciels utilisés, les comités d’éthique ou de protection des personnes sollicités.

Résultats
Le plus détaillé possible, les résultats d’analyse statistique doivent être reportés dans le texte ou sous forme de tableaux, avec les valeurs des
p ou les intervalles de confiance. Pour les articles de recherche qualitative, les verbatims exemplaires doivent être présents dans le corps du texte, entre guillemets et en italique.

Discussion
Elle commence par l’analyse des résultats principaux, suivie par la comparaison avec la littérature existante. Les forces et les faiblesses de l’étude doivent figurer dans une partie distincte, et les implications futures de ce travail ferment la discussion.

Conclusion
Il ne s’agit pas d’un résumé des résultats et de la discussion. La conclusion doit mettre en avant les implications des résultats pour la pratique ou la recherche future.

Tableaux et figures
Les tableaux
doivent être en chiffres arabes numériques, présentés dans l’ordre d’apparition du texte et insérés dans le manuscrit à raison d’un par page, à la fin de l’article, après les références bibliographiques. Une attention particulière sera portée sur la présentation des données.
Les figures
doivent être fournies avec le fichier électronique original (Excel® ou autre).
Les images
ne doivent pas être incluses dans le manuscrit, mais fournies de façon séparée, dans un fichier électronique original (jpg, eps, tiff, gif, bmp, png). Elles doivent être libres de droits, ou appartenir aux auteurs.

Annexes en ligne
Des tableaux de données complexes, guides ou verbatim
s d’entretien, vidéos ou autres éléments utiles au lecteur, mais qu’il n’est pas possible de publier en format papier peuvent être mis en ligne sur le site www.exercer.fr, en annexe de l’article, et disponible au téléchargement. Ces annexes doivent être fournies à part, et appelées dans le texte de l’article (voir par exemple : https://www.exercer.fr/media/pdf/exercer/attachments/Liste_des_codes_ouverts.pdf).

 

Références
Les références bibliographiques doivent répondre au standard Vancouver, et doivent être numérotées en exposant par ordre d’apparition dans le texte. Dans la mesure du possible, les appels de référence sont renvoyés en fin de phrase, avant le point. Une même référence utilisée plusieurs fois garde le même numéro. Si la référence provient d’un périodique, citer les six premiers auteurs avec l’(es)initiale(s) du prénom suivie(s) d’une virgule et le dernier auteur suivi d’un point. Au-delà de 6 auteurs, citer les trois premiers suivis de « et al. ». Indiquer ensuite le titre complet de l’article dans sa langue originale suivi d’un point, puis le nom de la revue selon l’abréviation de l’index Medicus, sans point (si le périodique n’est pas référencé à l’index Medicus, écrire son titre en entier). Préciser ensuite l’année de publication suivie d’un point virgule sans espace, puis le numéro du fascicule dans le volume suivi de 2 points, sans espace, puis la première page avec son numéro en entier et la dernière page abrégée (sans répétition des chiffres des dizaines ou centaines s’ils sont identiques) du texte, séparées par un tiret. La référence se termine toujours par un point. Vous pouvez vous aider du logiciel ZOTERO
® qui comprend le style de référence demandé par la revue exercer (merci à Paul Frappé).

Voir les exemples ci-dessous ou les références dans la revue.

  • Fleming MF, Barry KL, Manwell LB et al. Brief physician advice for problem alcohol drinkers. A randomized controlled trial in community-based primary care practices. JAMA 1997;277:1031-7.

  • Carnelle B, Le Mauff P. Les médecins généralistes connaissent-ils la notion de risque cardiovasculaire absolu ? exercer 2006;78:99-102.

  • Gaede P, Lund-Andersen H, Parving HH, Pedersen O. Effect of a multifactorial intervention on mortality in type 2 diabetes. N Engl J Med 2008;358:581-91.

Les citations de livre ou de chapitre de livre doivent comporter le nom des auteurs, le titre du livre, le numéro de l’édition, la ville et le nom de la maison d’édition et l’année de publication selon les deux modèles ci-dessous.

  • Danowski RG, Chanussot JC. Traumatologie du sport. 7 ed. Paris : Masson, 2005.

  • Meltzer PS, Kallioniemi A, Trend JM et al. Chromosome alterations in human solid tumors. In: Vogelstein B, Kinzler KW editors. The genetic basis of human cancer. New-York : McGraw-Hill, 2002:93-113.

Les références de documents disponibles en ligne doivent comporter le nom des auteurs, le titre de la référence, l’adresse du site précédée de l’expression « Disponible sur… ».

Les références de recommandations de bonne pratique, notes de cadrage, consensus doivent comporter le nom de l’agence publiant la recommandation, le titre de la recommandation, la ville de l’éditeur, l’année de publication.

  • Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Prévention et traitement de la maladie thromboembolique veineuse en médecine. Paris : Afssaps, 2009.

Pour les revues systématiques de la littérature, les méta-analyses de la base de données de la Cochrane, le numéro de la référence de la Cochrane doit figurer en fin de référence.

  • Montgomery P, Dennis J. Bright light therapy for sleep problems in adults aged 60+. Cochrane Database Syst Rev 2002;2:CD003403.

Les décrets de loi ou les références juridiques doivent comporter en une phrase le type de loi et le numéro de celle-ci.

  • Décret n° 2010-904 du 2 août 2010 relatif aux conditions d’autorisation des programmes d’éducation thérapeutique du patient.

  • Code de la santé publique-art. L1161-1 à L1161-6 (V).

2. Les cas cliniques (case report)

exercer, la revue francophone de médecine générale ne publie qu’exceptionnellement des cas cliniques. Pour être soumis à exercer, un cas clinique doit rapporter un fait original particulièrement intéressant d’un point de vue pédagogique ou d’illustration des particularités et/ou de la complexité de la médecine générale. Le texte doit avoir au maximum 12 000 signes et 6 références. Il doit être structuré en 3 parties : introduction, observation (en éliminant les données marginales et inutiles), et discussion. Il est indispensable d’obtenir le consentement éclairé signé des patients pour une publication ainsi que toute personne identifiable dans l’entourage de ce patient. Le patient devrait avoir l’opportunité de vérifier le manuscrit final avant publication.

 

 

Recommandations spécifiques utilisées pour les articles originaux par exercer :

Rubrique éducation

Articles sur l’enseignement, la pédagogie et les différentes modalités d’apprentissage de la médecine générale

Ce type d’article relate les concepts, les procédures ou les expériences pédagogiques mis en œuvre pour l’enseignement de la médecine générale avec (de préférence) une évaluation de leurs résultats. Les impératifs de format sont les mêmes que pour les articles de recherche. Quoique préférable, le format IMRAD n’est pas adapté pour certains articles qui peuvent adopter un format plus libre. Le plan de l’exposé doit néanmoins être clair et structuré. La rédaction doit être précise, avec des phrases courtes et un vocabulaire le plus compréhensible possible pour des non-initiés.

Rubrique soins

Les synthèses pour la pratique

Ce sont des articles scientifiques didactiques de mise au point utiles à la pratique quotidienne des soins premiers. Ils s’appuient sur les données validées de la science (référencées) et (si possible) sur une analyse des pratiques dans un but de synthèse utile à la décision médicale. Il s’agit le plus souvent de mises au point fondées sur des revues systématiques ou narratives de la littérature. Le plan de l’exposé est libre, mais clairement et logiquement structuré. La rédaction du texte doit formellement séparer les faits (référencés) des opinions et/ou des sentiments des auteurs qui doivent être exprimés et indiqués comme tel. Un (ou plusieurs) encadré(s), précisant les points-clés du texte est (sont) obligatoire(s). Les références bibliographiques sont au même standard que pour les articles de recherche, mais sans limites de nombre.

Exemples d’articles de cette nature :

  • Ruelle Y, Hurtaud A, Lob A, Cadwallader JS, Vaillant Roussel H. Comment optimiser le dépistage du cancer du col de l’utérus ? Revue narrative de la littérature. exercer 2013;107:132-41.

  • Gelly J, Darmon D, Vaillant Roussel H, Cadwallader JS. Dépistage systématique du cancer du sein par mammographie : le dilemme. exercer 2012;102:130-6.

Rubrique Phare

Cette rubrique est une analyse et un commentaire par la rédaction d’un article original de recherche issu d’une revue internationale particulièrement pertinent pour la pratique en soins premiers. Elle peut accueillir différents types de textes courts dont le point commun est de compter moins de 8 000 signes, références comprises. Ils peuvent développer une opinion concernant la discipline dans son registre médical ou pédagogique, ou proposer une réflexion épistémologique ou ontologique. La rubrique « Phare » peut aussi être le lieu du courrier des lecteurs. Les auteurs des articles discutés dans le courrier des lecteurs sont sollicités pour répondre s’ils le souhaitent.

Éditoriaux

L’éditorial peut provenir spontanément d’un auteur ou être le fruit d’une commande de la rédaction. L’auteur ou le groupe d’auteurs expose un thème ou présente une opinion en expliquant sa position sur un sujet libre ou confié par la rédaction de la revue. L’éditorial peut attirer l’attention sur un sujet d’actualité ou un article de la revue. Il peut aussi donner ou alimenter (scientifiquement) une controverse. Les thèmes peuvent être médicaux ou concerner l’évolution du système de santé, voire l’organisation des soins ou des professions médicales. Il peut aussi concerner la formation médicale initiale et continue. Les éditoriaux sont brefs (4 000 signes, exceptionnellement 8 000) avec moins de 5 références. Une photo de l’auteur sera demandée par le secrétariat de la revue.

Présentation générale du manuscrit

Des modèles anonymisés d’articles de recherche qualitatif ou quantitatif sont disponibles au secrétariat de la revue. Ils peuvent être envoyés aux auteurs qui le souhaitent en contactant : exercer@cnge.fr.  La totalité du texte doit être dactylographiée avec un logiciel de traitement de texte et soumis sous format « Word » (.doc ou .docx). Police Arial, corps 10, interligne 1,5, paragraphes justifiés, pas de retrait, pas de numérotation. Les titres de section et les intertitres doivent être en gras, en minuscules, non soulignés. Les italiques sont utilisés pour les mots latins, étrangers et le petit p s’il y en a.

Sur la première page :

  • titre, éventuellement sous titre, sans abréviation ni acronyme ;

  • prénom(s) et noms en entier des auteurs dans l’ordre de publication souhaité. Les affiliations et structure(s) de rattachement sont appelées par un chiffre en exposant après le nom de l'auteur ;

  • liste des affiliations des auteurs ;

  • indication des éventuels conflits d’intérêt liés au contenu de l’article pour chaque auteur ;

  • adresse électronique (impératif), adresse postale et numéro de téléphone de l’auteur principal chargé des relations avec la revue ;

  • 3 à 4 mots clés MeSH (Medical Subject Headings) en français et en anglais (disponible sur : http://pts.chu-rouen.fr/recherche.html) ;

  • le décompte du nombre de signes du corps du texte, y compris les tableaux et les figures.

Sur la deuxième page :

  • résumé structuré en français (300 mots) ;

  • abstract structuré en anglais (300 mots).

L’abstract en anglais devra être écrit dans un anglais correct, si possible rédigé ou révisé par un locuteur natif.

Sur les pages suivantes :

  • Introduction, corps du texte, conclusion.

  • Références bibliographiques à la suite du corps du texte (police Arial 10, interligne 1,5, texte justifié).

  • Les tableaux doivent être présentés à raison d’un par page (avec un saut de page avant chaque tableau), après la page des références bibliographiques, numérotés en chiffres arabes par ordre d’apparition et légendés. La légende doit permettre de comprendre le tableau sans avoir recours au texte.

  • Les graphiques, schémas, figures, dessins, photos doivent être fournis séparément, en fichier natif (Excel® ou autres) à raison d’un par page avec légende numérotée en chiffres arabes dans l’ordre d’apparition dans le texte. En aucun cas, les tableaux et figures ne doivent être intégrés dans le corps du texte. Par ailleurs, ces figures, tableaux, schémas, dessins, photos doivent être envoyés en fichiers natifs, séparés du fichier Word du manuscrit à raison d’un fichier par type d’illustration. Les dessins d’art et photographies doivent être libres de droits, ou propriétés des auteurs.

 

Remerciements

Les auteurs ont la possibilité de remercier les personnes qui ont contribué de manière significative à la conduite de l’étude ou à la rédaction de l’article. L’auteur correspondant doit obtenir le consentement écrit des personnes remerciées, qui approuvent par là même, les conditions de la recherche et les conclusions de l’article.

Unités de mesure

  • Les données cliniques et biologiques sont données en unités métriques (cm, g/L, mmHg, mg, kg, kg/m2). L’abréviation est séparée de la valeur par un espace insécable.

  • Pour les abréviations et acronymes, en formuler l’intitulé in extenso lors de sa première apparition dans le texte avec l’abréviation ou l’acronyme entre parenthèses. Par exemple : odds-ratio (OR), risque absolu (RA), Haute autorité en santé (HAS), Société française de médecine générale (SFMG). Lorsque les acronymes sont écrits en entier, seule la première lettre du premier mot est une majuscule, par exemple : Collège national des généralistes enseignants.

  • Médicaments : utiliser systématiquement la DCI.

Règles typographiques

Lorsque des résultats de tests sont présentés :

  • les p doivent être en italique ;

  • les espaces entourant les signes d’égalité ou d’inégalité doivent être insécables ;

  • les intervalles de confiance doivent être abrégés en « IC95 » (pour 95 %) et suivre le « RR » ou le « OR », séparés d’un point-virgule ;

  • la comparaison entre deux valeurs peut utiliser vs (pour : versus) ;

  • le signe « % » est toujours précédé d’une espace insécable.

Exemples :

  • (p < 0,001)

  • (OR = 7,7 ; IC95 = 1,3-44,2)

  • (17,3 vs 21,8 %)

Tous les signes de ponctuation sont suivis d’un espace. La virgule et le point sont accolés au mot précédent. Les signes de ponctuation composés sont précédés d’une espace insécable (Ctrl + Maj + Espace sous Word).

Quelques exceptions :

  • le trait d’union relie deux mots pour n’en former qu’un, il ne faut donc d’espace ni avant ni après ;

  • l’apostrophe ne demande d’espace ni avant ni après ;

  • les parenthèses (ou les crochets) demandent un espace avant leur ouverture et après leur fermeture, mais pas à l’intérieur ;

  • les points de suspension sont toujours au nombre de trois, sans espace avant ;

  • et caetera est abrégé en « etc. »

Modalités d'évaluation

Les auteurs et les relecteurs s’engagent à suivre les recommandations éthiques de la revue exercer. Les articles de recherche originaux et les articles de la rubrique éducation sont évalués par la rédaction puis confiés à des relecteurs dans le respect de l’anonymat des auteurs. Les relecteurs utilisent une grille d’évaluation critériée et proposent une suite à donner à la soumission. Ils argumentent leur évaluation sur le fond, la méthode, sur la forme et prodiguent des conseils ayant pour objectif d’aider les auteurs.

Les évaluations, elles aussi anonymes, sont retournées aux auteurs par la revue pour les aider à modifier leur texte selon les indications données. Les recommandations aux relecteurs sont disponibles sur le site de la revue exercer. Il est recommandé aux auteurs de les consulter également.

Dans le détail, le processus de soumission et d’évaluation est le suivant :

  • Les auteurs soumettent leur article à l’adresse exercer@cnge.fr.
  • Le secrétariat vérifie que l’article est conforme aux recommandations minimales (cf. supra).
  • Si l’article répond aux recommandations minimales, il est examiné par la rédaction qui évalue :
  • si l’article est conforme à la ligne éditoriale
  • si la qualité méthodologique et rédactionnelle est conforme aux standards de la revue.

Si l’article franchit ces premières étapes, il est revu par 3 relecteurs indépendants en aveugle qui évaluent l’originalité, la pertinence et la qualité scientifique en s’aidant de grilles spécifiques. Les trois évaluations sont alors transmises à la rédaction qui en fait la synthèse. A l’issue du processus, la rédaction rend un avis définitif. Cinq cas de figure sont possibles :

  • L’article est accepté sous réserve de modifications mineures : les auteurs doivent fournir à la rédaction une version modifiée de leur manuscrit, qui tienne compte de toutes les remarques des relecteurs.
  • L'article est accepté sous réserve de modifications majeures : les auteurs doivent fournir à la rédaction une version modifiée de leur manuscrit, qui tienne compte de toutes les remarques des relecteurs, ainsi qu’un document séparé sur lequel ils répondent point par point à toutes les remarques, suggestions et questions des relecteurs. Ces deux documents sont transmis aux mêmes relecteurs, qui statuent à nouveau.
  • L'article est refusé en l’état, mais une deuxième soumission est possible, dans les mêmes conditions que dans le cas précédent. La décision finale de publication ne sera prise qu’après relecture de cette nouvelle soumission.
  • L’article est refusé : les auteurs et les relecteurs reçoivent le document de synthèse de la rédaction (l’anonymat est conservé)
  • L’article est accepté en l’état

    La décision finale de publication est prise par le rédacteur en chef.

Le processus d’évaluation par des pairs est fondé sur un mélange de données factuelles et d’opinions subjectives qui ne conduit pas toujours à la bonne décision. Les auteurs dont l’article a finalement été rejeté peuvent faire appel de cette décision. Pour cela, ils doivent par courrier répondre point par point à toutes les critiques qui leur ont été faites sur le plan scientifique, et proposer la soumission d’une version révisée de leur article qui tienne compte de toutes les remarques faites et qui clarifie tous les points de discussion. Ce courrier sera examiné et commenté par les relecteurs de l’article, et la décision reviendra au rédacteur en chef.