S'identifier

Encore un réseau… et si c’était le bon ?

Auteurs : Mercier A.

exercer 2011;96 suppl 2:80S.

Rubrique: Hors-Série

N° 96 (supp.2) - Page 80

Télécharger l'article Retour au sommaire du n°96 (supp.2)

Résumé:

Les médecins généralistes revendiquent légitimement la reconnaissance de leur spécialité. Celle-ci n’est pas l’expression d’une pratique, mais celle d’une spécificité dont les pierres angulaires sont la prise en compte de tous les problèmes de santé, la coordination des soins, et leur continuité centrée sur la personne. Peu à peu, grâce au militantisme des précurseurs, puis à l’énergie du corps enseignant, une nouvelle génération de spécialistes arrive : celle pour qui la médecine générale est devenue « les soins primaires », ou pour reprendre l’expression à la mode la « médecine de proximité ». Mais qui dit proximité ne dit pas « au ras des pâquerettes » ! Cette vision implique une nécessaire réflexion sur la place progressivement croissante que doivent prendre les soins primaires dans le système de santé, au bénéfice des patients. Il est dommageable que le courage politique soit insuffisant pour prendre en compte plus rapidement la nécessité de cette évolution. Il est aussi dommageable que le recentrage nécessaire des soins vers l’ambulatoire subisse encore lenteurs, lourdeurs, influences, atermoiements. Alors, comptons sur nous : agissons !


Télécharger l'article Retour au sommaire du n°96 (supp.2)