S'identifier

Le temps de parole en congrès de médecine générale et ses déterminants

Auteurs : Jégo M, Casanova L, Martin A, Carrier H.

exercer 2018;148:451-7.

Rubrique: Recherche

N° 148 - Pages 451 à 457

Télécharger l'article Retour au sommaire du n°148

Résumé :

Contexte. Améliorer les connaissances dans un champ disciplinaire passe par le partage des résultats scientifiques dans ce domaine. Les communications orales lors de congrès de la discipline sont l’une des voies de cette valorisation scientifique. Respecter le temps de parole lors de ces communications peut participer à son impact auprès de l’auditoire. Cela signifie que le discours a été maîtrisé, que les principaux résultats ont été sélectionnés, et que l’orateur a eu le temps nécessaire pour exposer ses conclusions.
Objectif. Évaluer le respect du temps de parole des intervenants aux Congrès de la médecine générale France (CMGF), et rechercher les déterminants de ce temps de parole.
Méthode. Une étude descriptive rétrospective a inclus les communications orales présentées au CMGF de 2012 à 2016. Une analyse descriptive des caractéristiques de ces communications et de leurs orateurs a été réalisée à partir des vidéos disponibles. Les orateurs ont été interrogés par courriel sur d’autres déterminants potentiels du temps de parole. L’influence de ces déterminants a été recherchée par des analyses univariée (test de Student) et multivariée (régression linéaire).
Résultats. Le temps de parole moyen était de 10,4 minutes pour une consigne fixée à 8 minutes. Seuls 14,3 % des orateurs respectaient cette consigne. En analyse multivariée, le temps de parole moyen était significativement augmenté chez les enseignants et orateurs non médecins généralistes. Il diminuait significativement lorsque les orateurs ressentaient un fort niveau de stress.
Conclusion. Les orateurs les plus confiants et ayant un profil expérimenté ou non médecins généralistes parlent plus longtemps lors de leurs communications orales en congrès de médecine générale. Ces paramètres ont plus d’effet que les stratégies de préparation. Il serait intéressant de rechercher d’autres facteurs influençant ce temps de parole pour dégager des pistes d’amélioration de son respect en congrès.


Abstract :

Background. Improving knowledge in a disciplinary field involves sharing findings in this field. Oral presentations in congresses are a way to promote those findings. Respecting the speaking time during these presentations can enhance their impact on the audience. That means that the speaker masters his discourse, that he has succeeded in selecting the main results, and had enough time to present his conclusions.
Aim. To evaluate how often the speakers respected their allotted speaking time at the Congresses of general medicine France (CMGF), and seek the speaking time determinants.
Method. Retrospective descriptive study including the oral presentations presented during the CMGF from 2012 to 2016. Descriptive analysis of the characteristics of these presentations and their speakers from the available videos. The speakers were surveyed by email about other possible determinants of their speaking time. Determinants which could influence the speaking time were sought, by univariate (Student test) and multivariate (linear regression) analyses.
Results. The average speaking time was 10.4 minutes while the speakers were told not to exceed 8 minutes. Only 14.3 % of the speakers respected this instruction. In multivariate analysis, average speaking time was significantly longer among academic general practitioners (GP) and non-GP speakers. It decreased significantly when speakers felt a high level of stress.
Conclusion. The most confident and experienced speakers or those with atypical profile (academic GPs or non-GP speakers) speak longer during oral presentations. These parameters have more effect than the preparation strategies. It would be interesting to look for other factors influencing this time, to identify ways to improve its respect in congress.


Télécharger l'article Retour au sommaire du n°148