S'identifier

Expositions environnementales au cours de la grossesse

Auteurs : Lesniewski L, Hontebeyrie J, Viel J-F.

exercer 2018;148:444-50.

Rubrique: Recherche

N° 148 - Pages 444 à 450

Télécharger l'article Download in english Retour au sommaire du n°148

Résumé :

Contexte. L’exposition des femmes enceintes aux polluants présents dans l’environnement peut avoir des conséquences sur la grossesse en cours ainsi que sur la santé de l’enfant à venir, méritant une attention particulière des acteurs de soins premiers.
Objectif. Étudier les opinons et pratiques des médecins généralistes en santé environnementale durant la grossesse.
Méthode. Deux focus groups, réunissant au total 14 médecins généralistes ont eu lieu à Rennes et Vannes en 2014 et 2015. Les entretiens collectifs, semi-dirigés, étaient retranscrits intégralement et analysés selon une analyse inductive générale.
Résultats. L’âge moyen des médecins était de 52,9 ans. Les médecins généralistes ont mis en avant les expositions « classiques » : le tabac, l’alcool, les médicaments, la prévention des risques infectieux et les risques professionnels. Ils ont soulevé l’existence de nombreuses autres expositions : les pesticides, la pollution de l’air intérieur, la pollution atmosphérique, les cosmétiques, les produits ménagers et les substances chimiques au sens large. Ces expositions ne faisaient pas l’objet de
messages de prévention de leur part. En effet, la peur d’être anxiogène, la difficulté à trouver les informations, des doutes sur l’efficacité des messages de prévention en santé environnementale et un sentiment d’impuissance devant l’ubiquité et le nombre des substances potentiellement nocives représentaient autant de difficultés à surmonter pour délivrer une information en santé environnementale.
Conclusion. Les médecins, investis dans leur rôle de prévention, pensaient que de nombreuses expositions environnementales constituaient un risque, mais hésitaient à aborder le sujet en consultation.


Abstract :

Context. The exposure of pregnant women to toxic environmental agents can lead to serious damage to the woman as well as to the unborn child; this deserves particular attention from primary health care services.
Objective. To study the opinions and practices of GPs regarding environmental health risks during pregnancy, a critical window of human development.
Methods. two focus groups of 14 GPs who met in Rennes and in Vannes in 2014 and 2015. The semi-structured group discussions were transcripted and analyzed with an inductive general analysis.
Results. The average age of the doctors was 52.9 years old. The GPs stressed the “usual” exposures during pregnancy: tobacco, alcohol, medication, prevention of infectious risks and occupational risks. They also highlighted numerous other exposures that should be considered “at risk”: pesticides, indoor air pollution, atmospheric air pollution, cosmetics, household products and broader chemicals. As far as they were concerned, they did not give any preventive message against these exposures. Indeed, not only did they want to avoid spreading fear, but it was also difficult to find information. Moreover, they were not sure their prevention messages would be effective and they felt powerless regarding the numerous and omnipresent potentially harmful substances. All those reasons made it difficult to convey environmental health information.
Conclusion. The practitioners, whose mission is also to prevent disease, thought that many environmental exposures represented a risk but they hesitated to tackle the issue during their appointments.


Télécharger l'article Download in english Retour au sommaire du n°148