S'identifier

L'hésitation vaccinale et ses déterminants

Auteurs : Meredith D, Sivry P.

exercer 2018;146:360-5.

Rubrique: Recherche

N° 146 - Pages 360 à 365

Télécharger l'article Download in english Retour au sommaire du n°146

Résumé :

Contexte. La vaccination est considérée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme une réussite majeure de santé publique. En France, les réticences vaccinales augmentent. En 2012, l’OMS a mis en place un groupe de travail spécifique qui définit l’hésitation vaccinale comme un retard à l’acceptation d’un vaccin ou son refus.
Objectif. Mesurer l’hésitation vaccinale et ses déterminants parmi les parents d’enfants en bas âge dans le département des Alpes-Maritimes.
Méthode. Étude descriptive transversale à l’aide de questionnaires distribués dans toutes les écoles élémentaires de la ville de Saint-Laurent-du-Var et dans toutes les écoles des communes considérées
comme rurales et isolées du département.
Résultats. Le taux de participation a été de 35 %. Parmi les 1 173 parents inclus, 63 % ont été considérés comme des hésitants vaccinaux. Les enfants de parents hésitants étaient moins à jour de leurs vaccinations. Le vaccin le plus accepté était le vaccin obligatoire contre la diphtérie,
le tétanos et la poliomyélite. Le vaccin le plus sujet aux hésitations était celui contre l’hépatite B, avec un taux d’hésitation vaccinale de 30 %. Les principaux déterminants de l’hésitation vaccinale étaient une balance bénéfices-risques jugée en défaveur de la vaccination, des informations relayées par les médias jugées négatives, et le sentiment d’absence d’information claire et fiable.
Conclusion. La diffusion par les autorités de santé d’informations « positives » dans les médias et auprès des médecins vaccinateurs est essentielle pour restaurer la confiance des parents français en la vaccination.


Abstract :

Background. The World Health organisation (WHO) considers vaccination as one of the greatest public health achievements worldwide. Unwillingness to vaccinate is increasing in France. In 2012, the WHO
defines vaccine hesitancy as a delay in acceptance or refusal of vaccines.
Objective. To measure the determinants of vaccine hesitancy among parents of young children in the Alpes-Maritimes in France (06).
Method. A descriptive transversal study was conducted using questionnaires distributed comprehensively in every community school and daycare of Saint-Laurent-du-Var and in every community school of each
remote rural commune of the department.
Results. The participation rate was 35%. Among the 1173 parents included, 63% were considered as vaccine hesitant. The children of vaccine hesitant parents were less likely to be up to date with their
vaccinations. The most accepted vaccine was the mandatory combined vaccine against diphtheria, tetanus and poliomyelitis. The parents were most hesitant to vaccinate their children against the hepatitis B with a rate of 30% vaccine hesitancy. The determinants of their hesitation were mainly a risk/benefit ratio perceived as not in favour of vaccination, informations about vaccination through the media perceived as negative and the lack of clear and reliable information on vaccines.
Conclusion. Diffusion of “positive information” in the media and among general practitioners should be more widespread in order to restore French parents’ confidence in vaccines.


Télécharger l'article Download in english Retour au sommaire du n°146