S'identifier

Etat des lieux des réseaux d'investigateurs recherche dans les départements de médecine générale et collèges régionaux d'enseignement

Auteurs : Charvin L, Bayen M, Lognos B, Rouge Bugat ME, Saint-Lary O, Laporte C.

exercer 2018;146:354-9.

Rubrique: Recherche

N° 146 - Pages 354 à 359

Télécharger l'article Retour au sommaire du n°146

Résumé :

Introduction. En France, la recherche en soins premiers s’est fortement développée ces dernières années. Des réseaux de médecins généralistes investigateurs (MGI) ont été créés autour des collèges régionaux et départements de médecine générale (DMG). L’objectif de cette étude était de faire l’état des lieux de l’organisation de ces réseaux et d’évaluer les perspectives et attentes des DMG pour optimiser la recherche.
Méthode. Cette étude descriptive transversale a été réalisée par questionnaire, élaboré avec le groupe de recherche du Collège national des généralistes enseignants (CNGE), sous LimeSurvey®. En septembre 2017, un lien a été envoyé par mail à chaque directeur de DMG et référent recherche des collèges régionaux des généralistes enseignants.
Résultats. Les 35 DMG ont répondu au questionnaire. La majorité avait un référent recherche (n = 33 ; 94 %) et un groupe recherche (n = 28 ; 80 %). Majoritairement, les DMG travaillaient avec des professionnels d’autres disciplines (n = 32 ; 91,4 %), étaient associés à des équipes de recherche labélisées (n = 30 ; 85,7 %), travaillaient avec d’autres services et avaient des axes thématiques de recherche (n = 31 ; 88,6 %). Sur les 35 DMG, 21 avaient un réseau d’investigateurs (60 %), 7 étaient en train de le créer. La majorité des médecins investigateurs étaient également maîtres de stage des universités (MSU). Seuls deux réseaux avaient bénéficié d’un financement. Le manque de ressources humaines et de financement était un frein au développement du réseau. La majorité des DMG (88 %) pensaient qu’une coordination au niveau national permettrait une amélioration de la recherche.
Conclusion. L’organisation de la recherche en médecine générale est un enjeu actuel majeur. La constitution d’un réseau national de médecins investigateurs de recherche, fondé sur les réseaux régionaux, permettrait d’améliorer la quantité et la qualité des projets de recherche.


Abstract :

Context. In France, primary care research has developed strongly in recent years. Networks of General Practitioners Investigators (GPI) have been created depending regional colleges and departments of general practice (DMG). The aim of this study was to describe the organization of these networks and to evaluate the perspectives and expectations of the DMGs to optimize research.
Method. This descriptive cross-sectional study was conducted by questionnaire, developed with the research group of the National College of Teaching Generalists (CNGE), with LimeSurvey®. In september 2017, a link was sent by email to each director of DMG and research referent of regional colleges of teaching generalists.
Results. The 35 DMGs responded to the questionnaire. The majority had a research referent (n = 33 ; 94 %) and a research group (n = 28 ; 80 %). The majority of DMGs worked with professionals in other disciplines (n = 32 ; 91.4%), were associated with approved research teams (n = 30 ; 85.7 %), worked with other services and had thematic research axes (n = 31 ; 88.6%). Of the 35 DMGs, 21 had a network of GPI (60 %), 7 were creating it. The majority of the GPI were also teachers (MSU). Only
two networks had received funding. The lack of human resources and funding was a barrier to the development of the network. The majority of DMGs (88 %) thought that coordination at the national level would lead to improved research.
Conclusion. The organization of research in general practice is a major current issue. The establishment of a national network of GPI, based on regional networks, would improve the quantity and quality of research projects.


Télécharger l'article Retour au sommaire du n°146