S'identifier

Recours à l'ostéopathie pour les nourrissons de moins de 1 an

Auteurs : Sevestre C, Davost C, Vachon B.

exercer 2018;146:348-53.

Rubrique: Recherche

N° 146 - Pages 348 à 353

Télécharger l'article Retour au sommaire du n°146

Résumé :

Contexte. En France, l’ostéopathie est une profession reconnue. Aucune recommandation n’est établie par manque de preuve scientifique d’efficacité, alors que le recours à l’ostéopathie pédiatrique est fréquent.
Objectif. Explorer les motivations des parents à recourir à l’ostéopathie pour les nourrissons de moins de 1 an.
Méthodes. Étude qualitative par entretiens individuels semi-dirigés, réalisés d’octobre 2016 à mai 2017. Les critères d’inclusion ont été : un enfant ayant eu une séance d’ostéopathie avant l’âge de 1 an ;
habitant l’Ouest parisien (Yvelines ; Hauts-de-Seine ; Paris 15e, 16e et 17e arrondissements). Les entretiens ont porté sur les premiers mois de l’enfant, le motif de recours à l’ostéopathie, le ressenti sur la séance et sur l’ostéopathie, l’éventuel recours au médecin pour un motif similaire, et la perception de l’avis du médecin sur l’ostéopathie. Une analyse de contenu thématique a été réalisée avec triangulation de l’analyse.
Résultats. Douze mères ont été incluses. Aucun père n’a participé. Les premiers mois de l’enfant étaient perçus comme une période de crise. Le recours à l’ostéopathie avait des motifs variés : prévention ou problème ciblé. L’entourage, les ostéopathes, la maternité et certains médecins conseillaient le recours à l’ostéopathie. La séance était jugée agréable. Les mères étaient convaincues de son innocuité. L’efficacité perçue était variable selon le motif de recours. La séance était rarement
mentionnée au médecin suivant l’enfant. Les mères avaient confiance en leur médecin mais regrettaient un manque d’attention à certains problèmes rencontrés.
Conclusion. Le recours à l’ostéopathie chez les nourrissons de moins de 1 an répond au besoin de réassurance des mères. Améliorer l’accompagnement de l’arrivée d’un enfant est nécessaire. La place des pères dans les décisions de santé concernant leur nourrisson pose question.


Abstract :

Background. Osteopath is a recognized profession in France. No recommendation is published because lack of scientific evidence of effectiveness. The use of osteopathic medicine for infant is frequent.
Objective. To explore parents motivations to consult an osteopath for child under 1 year.
Methods. We have conducted a qualitative study by semi-structured interviews from October 2016 to May 2017. The interviewees were parents living in western Paris and suburb area, with children who had
experienced osteopathic treatment before the age of one. The topics of the interviews were: description of the beginning of the child’s life, reason for consulting an osteopath, feeling about the consultation and the osteopathic medicine, if the parent had consulted a general practitioner for the same reason as consulting an osteopath and if the parent knew about their general practitioner’s opinion about osteopathy. The data were analysed with a thematic approach and triangulation of the analyse.
Results. Twelves mothers were interviewed. No father participated. First months of the child’s life were described as a crisis period. The advice to consult was given by relatives, osteopaths, maternity, and some practitioners. The consultations were considered as pleasant. Mothers were convinced about the safety of osteopathy. The perceived effectiveness of the osteopathic treatment depended on the purpose of consultation. Most of the mothers didn’t inform their general practitioner about the
osteopath’s consultation. Mothers trusted their general practitioner, but felt that he didn’t care enough about some problems they encountered.
Conclusion. Osteopathy for children under 1 year meets part of the mother’s need of reinsurance. Improving the accompaniment of the arrival of a child is necessary. The fathers place in the health decisions concerning their infant is questionable.


Télécharger l'article Retour au sommaire du n°146