S'identifier

Une lecture critique des campagnes de communication institutionnelle en santé

Auteurs : Tudrej B, Rehman MB, Boussageon R.

exercer 2018;145:323-6.

Rubrique: Soins

N° 145 - Pages 323 à 326

Télécharger l'article Retour au sommaire du n°145

Résumé :

L’efficacité de la vaccination contre la grippe chez les patients de plus de 65 ans ne trouve toujours pas de consensus dans la littérature médicale. Cela ne facilite pas l’information à délivrer aux patients dans le cadre de la décision médicale partagée. L’information délivrée par la Caisse nationale d’assurance maladie a une fonction primordiale dans la délivrance de cette information au public. Les critères de qualité de cet outil d’aide à la décision ne figurent pas sur les documents institutionnels. Le niveau de preuve scientifique des études servant aux informations ainsi que la prévalence de la pathologie dans la population générale et dans la population dans laquelle se situe le patient ne sont pas pris en considération. Par ailleurs, les risques de complications pour un patient donné en tenant compte de la classe de référence, de l’efficacité et des bénéfices attendus ainsi que des risques des vaccins ne sont pas exprimés en valeur absolue. Afin d’améliorer la qualité de la décision médicale partagée, il serait préférable d’indiquer aux patients que la preuve certaine de l’efficacité de la vaccination antigrippale n’est pas assurée. Toutefois, les études observationnelles, de plus faible niveau de preuve, semblent suggérer une efficacité de la vaccination.


Abstract :

No consensus has been reached on the effectiveness of the influenza vaccination in patients over 65. This makes delivering information to patients more difficult in the context of shared medical decision making. Patient online information and pamphlets edited by the French National Health Isurance Fund are of great importance on this point. The quality criteria of the tools that help in decision making were not on these institutional documents. The scientific level of evidence of the trials the information was based upon was not mentioned. Neither was the prevalence of the disease in the general population or in the population the patient belongs to. Furthermore, risk of complications, side-effects and benefit/ risk ratio was not expressed in absolute value. To improve the quality of shared medical decision, it is preferable to let patients know that there is no evidence of the effectiveness of the influenza vaccination. However, observational studies, with a lower level of evidence, show a trend towards effectiveness of the vaccination.


Télécharger l'article Retour au sommaire du n°145