S'identifier

Affects des médecins généralistes : approches et solutions pour une juste distance relationnelle

Auteurs : Vodounnou MS, Pétrègne F, Sangaré H, Afonso M, Ducos G.

exercer 2018;145:299-305.

Rubrique: Recherche

N° 145 - Pages 299 à 305

Télécharger l'article Retour au sommaire du n°145

Résumé :

Contexte. La relation médecin-patient, socle de la médecine générale, est le fruit de la rencontre des subjectivités du médecin et de son patient. La subjectivité de l’un comme de l’autre impacte leur relation.
Objectif. Évaluer comment les médecins généralistes (MG) appréhendaient leurs affects contre-transférentiels en vue de préserver la relation médecin-patient au cours d’une consultation.
Méthode. Étude qualitative phénoméno-pragmatique auprès de 24 MG de septembre à mars 2015. Les entretiens semi-dirigés ont été exploités par analyse thématique et lexicale.
Résultats. L’omniprésence des émotions contre-transférentielles au cours d’une consultation a été mise en évidence. Ces émotions se jouaient au sein d’un cadre relationnel propre au médecin. Le vécu des MG était ambivalent. Il dépendait de leur personnalité et de la nature de l’affect. Certains praticiens exprimaient librement leur ressenti, d’autres le contenaient et d’autres encore effectuaient un travail de mise à distance. Les MG développaient des recettes personnelles au fil de leur expérience professionnelle. La verbalisation des affects et la « juste distance » relationnelle y tenaient une place importante. En termes de débordement, les MG redoutaient la rupture de la relation médecin-patient ainsi que leur propre débordement psychoaffectif. La plupart des MG percevaient l’impact de leur ressenti sur la relation médecin-patient et beaucoup regrettaient un manque de formation concernant la relation médecin-patient en général et la gestion de leurs affects en particulier.
Discussion. Ce travail mettait en lumière la place majeure de la subjectivité du sujet-médecin dans la relation médecin-patient. Il entamait une réflexion sur les solutions apportées dans la gestion des émotions et sur le besoin d’une formation pour une meilleure appréhension des affects contre-transférentiels.


Abstract :

Background. The physician-patient relationship is a foundation of general practice. This relationship is strongly influenced by the emotional bias of its protagonists, and this bias can have a significant impact on the quality of care.
Objective. To evaluate how the general practitioners (GPs) understood their counter-transference feelings in view of maintaining the physician-patient relationship during an office visit.
Methods. A qualitative phenomenopragmatic study including 24 GPs was conducted from September 2014 to March 2015. Semi-structured interviews were analyzed by thematic and lexical analysis.
Results. This work highlighted the omnipresence of counter-transference feelings in the physician-patient relationship, which was mainly framed by the GP’s personality. The experience of GPs was ambivalent, depending on their personality and the type of emotions. Some practitioners expressed their feelings freely, whereas others contained them or tried to distance themselves. To manage their emotions, doctors developed their own personal solutions throughout their careers. Verbalization of their feelings and establishment of a «good relational space» was a common solution. Both break-up of the physician-patient relationship and a psycho-emotional overflow were feared by GPs. Most doctors sensed the effects of their feelings on their relationships with their patients. Many regretted a lack of training on physician-patient relationships and how to manage their own emotions.
Discussion. This work highlighted the major role of physician bias in the physician-patient relationship. A reflection on the need for training on the understanding of counter-transference feelings was begun.


Télécharger l'article Retour au sommaire du n°145