S'identifier

Surmédicalisation : causes, conséquences et leviers pour la maîtriser

Auteurs : François M, Hazard A, Bourrion B, de Chefdebien M, Saint-Lary O, Hanslik T.

exercer 2018;144:269-75.

Rubrique: Soins

N° 144 - Pages 269 à 275

Télécharger l'article Download in english Retour au sommaire du n°144

Résumé :

La surmédicalisation se définit comme toute procédure de soins dispensées en l’absence de bases médicales probantes ou lorsque les bénéfices n’en compensent pas les risques. Bien qu’étudié dans la littérature depuis une dizaine d’années, le concept de surmédicalisation est déjà connu depuis près d’un siècle. Les effets néfastes sur les patients et le coût de ces prescriptions inutiles en sont les principales conséquences. Les causes en sont multiples : du « disease mongering » (ou façonnage de maladies) aux limites de l’« evidence-based medicine » en passant par la gestion inadaptée de l’incertitude et les progrès de la technologie avec l’amélioration de la sensibilité des examens. Des moyens de diminuer cette surmédicalisation se développent, tels que des outils d’aide à la décision partagée, mais d’autres travaux de recherche sont encore nécessaires.


Abstract :

Medical overuse is defined as any health care procedure dispensed without conclusive medical bases or when benefits do not outweigh the risks. Although medical overuse has been studied in the literature for about ten years, the concept has been known for almost a century. The main consequences of these unnecessary prescriptions are adverse effects on patients and costs of cares. They are many causes: from disease mongering to limits of evidence-based medicine, through inadequate management of uncertainty and technical progress with improved sensitivity of exams. Ways to reduce this medical overuse are developing, such as shared decision tools, but more research is still needed.


Télécharger l'article Download in english Retour au sommaire du n°144