S'identifier

Vous pouvez rajouter ma pilule, docteur ?

Auteurs : Bayen S, Zaoui J, Delgrange JP, Messaadi N.

exercer 2018;144:249-54.

Rubrique: Recherche

N° 144 - Pages 249 à 254

Télécharger l'article Download in english Retour au sommaire du n°144

Résumé :

Contexte. En 2016, 40,6 % des femmes utilisaient une contraception orale (CO). Les médecins généralistes (MG) l’initialisent et la renouvellent. La Haute Autorité de santé recommande une consultation dédiée à la contraception, qui est peu réalisée en pratique quotidienne.
Objectif. Déterminer les motivations des patientes à demander ce renouvellement en consultation, initialement non dédiée à ce motif.
Méthode. Étude qualitative, par entretiens individuels semi-dirigés réalisés auprès de patientes ne consultant pas spécifiquement pour leur renouvellement de CO. Les patientes ont été recrutées dans quatre cabinets de médecine générale du Nord-Pas-de-Calais entre le 15 mai 2015 et le 15 septembre 2015.
Résultats. Quatorze patientes ont été interrogées. Le renouvellement comme motif secondaire de consultation semblait favorisé par un manque d’anticipation des patientes et l’accès rapide au MG. Le suivi régulier par un gynécologue et l’absence d’examen gynécologique systématique pratiqué par le MG semblaient banaliser ce renouvellement. La CO n’étant pas perçue comme un traitement médical, les femmes ne
ressentaient pas le besoin d’une consultation dédiée. Elles souhaitaient uniquement obtenir leur CO de leur MG ou directement en pharmacie.
Conclusion. L’attitude des patientes semblait induite par le MG qui pourrait réorganiser ses consultations pour optimiser le suivi des patientes sous CO.


Abstract :

Background. In 2013, in France 40.6 % of women used an oral contraceptive (OC). General practitioners (GPs) initiate and renew it. The high authority of Health recommends dedicated consultations for contraception which is rarely followed by GPs because of multiple complaints in consultation.
Aim. To determine adult women’s motivations to ask GPs to renew their OC during a consultation initially not dedicated to it.
Methods. Qualitative study using semi-structured face to face interviews with fourteen women who asked to renew their CO in second or third intention during consultation. Patients have been recruited in four different GP practices during 15th May to 15th September 2015.
Results. Asking for renewal OC in second intention of consultation seemed to be motivated by patient’s loose of anticipation and rapid access to GP’s. Annual follow-up by gynaecologists and absence of systematic gynaecological examination by GPs seemed to banalize the renewal of OC by GPs. Women did not consider their OC as a medical treatment and were not interested in dedicated consultation. They only expected to get their OC, prescribed by the GP or directly in drug-store.
Conclusion. Patient’s attitude seemed to be induced by GPs who should reorganize their consultations to optimize the follow-up of their patients using OC.


Télécharger l'article Download in english Retour au sommaire du n°144