S'identifier

Supervision, élaboration et évaluation du RSCA dans les DES de MG

Auteurs : Compagnon L, Dumoitier N, Taha A, Girier P, Bayen M, Beis JN, Boulet P, Ghasarossian C, Gocko X.

exercer 2018;143:222-31.

Rubrique: Enseignement

N° 143 - Pages 222 à 231

Télécharger l'article Retour au sommaire du n°143

Résumé :

Contexte. Les travaux d’écritures cliniques initient une posture réflexive en incitant les étudiants à identifier les questions posées par les situations rencontrées et à y répondre. Cette posture réflexive est à la base de la construction des traces écrites d’apprentissages qui constituent le portfolio de l’interne. Le récit de situation complexe authentique (RSCA) est la trace écrite la plus partagée par les départements de médecine générale (DMG) français. Ce travail vise à harmoniser les modalités d’utilisation du RSCA au niveau national.
Méthode. Consensus formalisé par ronde Delphi à partir des propositions produites par les groupes d’experts de différents DMG. Trois tours ont été organisés en demandant aux participants de coter de 1 à 9 leur accord avec chaque proposition. La totalité des propositions était soumise aux participants lors des deux premiers tours, le 3e faisant coter les propositions n’ayant pas fait l’objet d’un accord.
Résultats. Les groupes d’experts ont rédigé 96 propositions concernant la supervision, l’élaboration et l’évaluation du RSCA. Après les trois tours, 85 ont obtenu un consensus sur l’acceptation, 7 sur le rejet et 4 restaient sans consensus. Il a été approuvé un nombre minimal d’un RSCA par semestre. Une nouvelle grille d’évaluation des RSCA a été rédigée.
Conclusion. Des points de dissensus persistent, en particulier sur le rôle des maîtres de stage hospitalier qui n’auraient pas la formation adéquate pour superviser ce travail. L’intérêt de la prescription pédagogique n’a pas été retenu, souvent opposée à l’autoformation de l’étudiant. Le nombre de RSCA minimal est réaliste et en adéquation avec les temps de travail hebdomadaires facultaires des internes. Le RSCA est un outil pertinent pour développer les apprentissages des internes au cours du cursus, mais ne saurait être l’unique outil d’évaluation de leur niveau de compétence.


Abstract :

Context. Clinical writing works initiate a reflexive posture by encouraging students to identify the questions posed by the situations encountered and to answer them. This reflexive posture is the foundation of the traces of learning that constitute the resident portfolio. The authentic complex situation narration (RSCA) is most widely shared by French general medicine departments (DMG). This work aimed to harmonize the way of use of the RSCA at the national level.
Method. Formalized consensus by a Delphi round from the proposals produced by a group of experts from different DMG. Three rounds were organized by asking the participants to score from 1 to 9 their agreement with each proposal. All the proposals were submitted to the participants during the first 2 rounds. The third round submitted the proposals that were not agreed.
Results. The expert groups drafted 96 proposals for the supervision, development and evaluation of the RSCA. After the three rounds, 85  ained consensus on acceptance, 7 proposals a consensus on rejection and 4 remained without consensus. It has been approved a minimum number of 1 RSCA per semester. A new RSCA evaluation grid has been drafted.
Conclusion. There are still some points of dissensus especially regarding the role of the hospital supervisors who would not have the proper training to supervise this work. Moreover, the interest of the educational prescription was not retained, often opposed to the self-training of the student. The number of minimal RSCA is realistic and in line with the faculty’s weekly working hours. The RSCA is a relevant tool to develop the learning of interns during the internship course but cannot be the only tool for assessing their level of competence.


Télécharger l'article Retour au sommaire du n°143