S'identifier

Les contradictions autour de la prescription hors AMM de l’aspirine en prévention primaire

Auteurs : Schlier M, Maisonneuve H.

exercer 2018;139:4-8.

Rubrique: Recherche

N° 139 - Pages 4 à 8

Télécharger l'article Download in english Retour au sommaire du n°139

Résumé :

Introduction. En médecine générale, les antithrombotiques concernent 9,6 % des prescriptions hors autorisation de mise sur le marché (AMM). Les directives de prescription sont discordantes : bien que l’AMM de l’aspirine ne regroupe que des indications de prévention secondaire, sa prescription en prévention primaire est incitée dans le cadre de la rémunération sur objectif de santé publique. L’objectif de cette étude était d’explorer les contradictions autour du cadre de prescription de l’aspirine faible dose.
Méthode. Étude de cas par entretiens ouverts auprès des acteurs institutionnels concernés par la prescription de l’aspirine. Analyse thématique par codage ouvert.
Résultats. Un cloisonnement entre les acteurs institutionnels responsable d’une absence de concertation autour du dispositif d’AMM a été observé. Les solutions proposées pour sortir de la prescription hors AMM étaient disparates et reflétaient les contradictions autour de la prescription de l’aspirine en prévention primaire.
Conclusion. Dans le cas d’une molécule pour laquelle l’utilisation est validée par les sociétés savantes, une réforme du processus d’extension d’AMM paraît nécessaire.


Abstract :

Context. In family medicine, 9.6% Of off-label prescriptions involve aspirin. However, the prescription guidelines are inconsistent. While the marketing authorization for aspirin only includes indications for secondary preventative treatment, the national health insurance fund encourages its prescription for primary preventative treatment through the pay for performance program. The aim of this study was to explore the inconsistencies between the prescription guidelines for aspirin and its marketing authorization.
Method. A case study based on open interviews with the institutional agencies involved in prescribing aspirin. Thematic analysis using open coding.
Results. A lack of consultation between the institutional agencies regarding the marketing authorization procedures was observed. We also observed widespread variation among the solutions proposed to reduce off-label prescription. The disparity of solutions  reflected the inconsistencies concerning aspirin prescription in primary preventative treatment.
Conclusion. A reform of the extension of the marketing authorization process seems necessary when use of a drug is validated by medical associations.


Télécharger l'article Download in english Retour au sommaire du n°139