S'identifier

Prendre en charge un patient ayant une lombalgie commune en médecine générale

Auteurs : Bouton C, Bègue C, Petit A, Fouquet N, Py N, Huez JF, Ramond A.

exercer 2018;139:28-37.

Rubrique: Soins

N° 139 - Pages 28 à 37

Télécharger l'article Download in english Retour au sommaire du n°139

Résumé :

La lombalgie est un motif fréquent de consultation en médecine générale. Elle entraîne souvent une incapacité fonctionnelle et peut s’accompagner de difficultés psychosociales. Son origine est multifactorielle, et le modèle biopsychosocial de la lombalgie reconnaît en particulier le rôle des facteurs sociodémographiques, biomécaniques, médicaux, professionnels et psychosociaux dans son évolution. Si le pronostic de la lombalgie commune est globalement favorable, les probabilités d’amélioration se réduisent considérablement lorsque la lombalgie persiste au-delà de 6 semaines. L’évaluation médicale poursuit deux objectifs principaux : confirmer le diagnostic de lombalgie commune et identifier les obstacles potentiels à une évolution favorable (facteurs cliniques, biomécaniques et psychosociaux). Le diagnostic de lombalgie commune ne requiert habituellement pas d’investigation complémentaire à la phase aiguë, mais uniquement en l’absence d’amélioration clinique, en cas de retentissement majeur et/ou lorsqu’un traitement invasif est envisagé. Une grande part de la prise en charge consiste à rassurer le patient et l’informer sur la probable amélioration progressive, mais parfois longue. Les ressources médicamenteuses sont pauvres, et peu de preuves de leur efficacité existent. Une éducation brève insistant sur l’importance de rester actif est indispensable, le repos au lit est à proscrire. Un retour le plus précoce possible au travail doit être recherché et peut nécessiter de contacter le médecin du travail. La kinésithérapie active est recommandée après quelques semaines d’évolution, dès que la réduction de la douleur initiale le permet. Les patients présentant une évolution défavorable avec persistance des symptômes dans le temps doivent bénéficier d’une réévaluation clinique régulière incluant l’exploration des facteurs psychosociaux, éventuellement complétée d’examens radiologiques, pour ne pas méconnaître une (rare) lésion passée inaperçue, adapter la prise en charge et accompagner le patient.


Abstract :

Low back pain is a common reason for consultation in general practice. It often leads to functional disability and is sometimes associated with psychosocial difficulties. Its origin is multifactorial and the biopsychosocial model explains how socio-demographic, biomechanical, medical, occupational and psychosocial factors have an important role in its evolution. While the prognosis for low back pain is generally favorable, the likelihood of improvement is considerably reduced when low back pain persists for more than 6 weeks. The medical evaluation has two main objectives: first to confirm the diagnosis of common low back pain and second to identify potential obstacles to favorable evolution (clinical, biomechanical and psychosocial factors). The diagnosis of common low back pain usually does not require further investigation in the acute phase. Diagnostic tests are recommended in the absence of clinical improvement after several weeks, in the case of major repercussions and / or when invasive treatment is considered. A large part of the care consists in reassuring the patient and informing him that spontaneous improvement is likely but may be long. Drug resources are poor and evidence of their effectiveness is scarce. Brief education emphasizing the importance of staying active is essential, bed rest is to be avoided. An early return to work should be sought and may require contact with the occupational physician. Active physiotherapy is recommended after a few weeks of evolution, as soon as reduction of the initial pain allows it. Patients with an unfavorable evolution (persistence of symptoms over time) should benefit from regular clinical reassessment, including the exploration of psychosocial factors, and possibly radiological examinations, in order to diagnose a (rare) specific pathology, to adapt care and to accompany the patient over time.


Télécharger l'article Download in english Retour au sommaire du n°139