S'identifier

Efficacité clinique des antispasmodiques musculotropes sur la douleur abdominale

Auteurs : Boussageon R, Layrisse L, Tudrej B, Freche B, Pouchain D, Rat C, Huas C, Vaillant Roussel H.

exercer 2017;136:358-67.

Rubrique: Soins

N° 136 - Pages 358 à 367

Télécharger l'article gratuitement Retour au sommaire du n°136

Résumé :

Contexte. Les antispasmodiques sont souvent utilisés en médecine générale pour soulager les douleurs abdominales, quelle que soit leur cause, y compris en l’absence de diagnostic de certitude. Cependant, des doutes persistent sur leur réelle efficacité clinique.
Méthode. Une revue systématique de la littérature avec méta-analyse des essais rando
misés versus placebo a été réalisée jusqu’en novembre 2015. Les bases de données Medline, Cochrane Central et Clinical Trials ont été interrogées. Le critère de jugement principal était l’amélioration de la douleur abdominale exprimée sur un critère dichotomique (répondeur/non-répondeur), estimée par une mesure du risque relatif (RR) avec un intervalle de confiance à 95 % (IC95).
Résultats. Pour les 6 principes actifs évalués, 26 essais comparatifs randomisés (ECR) ont été identifiés dont 15 ont été quantitativement méta-analysés. Sur les 26 ECR, 19 concernaient le syndrome de l’intestin irritable (SII). La plupart des essais avaient un risque de biais élevé, au moins sur l’un des critères d’évaluation des biais. La méta-analyse des 15 ECR a montré un effet significatif sur la douleur abdominale pour l’alvérine : RR = 1,29 ; IC95 = 1,07-1,56 ; pour le pinavérium : RR = 1,69 ; IC95 = 1,32-2,18 ; et pour la trimébutine : RR = 1,35 ; IC95 = 1,081,70. Le phloroglucinol n’a pas démontré d’efficacité sur les douleurs de la colique néphrétique. Un seul essai à haut risque de biais a montré un bénéfice du pholoroglucinol dans le SII.
Conclusion. En 2016, il n’y avait que 3 ECR de bonne qualité méthodologique ayant évalué l’efficacité de certains antispasmodiques dans la douleur abdominale du SII. Sous réserve d’un risque de biais important, le pinavérium est le médicament qui semble le mieux évalué et le plus efficace. Les antispasmodiques n’ont pas été évalués correctement dans les autres causes des douleurs abdominales en soins primaires et chez les enfants.


Abstract :

Context. Antispasmodics are frequently used in general practice. They are used to relieve abdominal pains of whatever cause, even without clear diagnosis. However, some doubts remain about their actual clinical efficiency.
Methods. This study is a systematic literature review with meta-analysis of all randomized trials versus placebo up to November 2015. Medline, Cochrane Central and Clinical Trials databases were used. The main outcome was abdominal pain relief on a binary criterion (improvement/no improvement), estimated with relative risk (RR) and a 95% confidence interval (95CI).
Results. For the 6 active substances assessed, 26 comparative randomized trials (CRT), of which 15 had been quantitavely analysed (meta-analysis),  were found. Out of the 26 CRT, 19 involved irritable bowel syndrome (IBS). Most had a high risk of bias for at least one criterion. The meta-analysis of the 15 CRT showed a significant improvement on abdominal pain for alverine: RR=1,29; 95CI=1,07-1,56 ; for pinaverium: RR=1,69; 95CI=1,32-2,18 ; and for trimebutine: RR=1,35; 95CI=1,08-1,70. Phloroglucinol did not conclusively show  any efficacy on renal colic pains. Only one trial with a high risk of bias demonstrated the efficacy of phloroglucinol in IBS.
Conclusion. In 2016, only 3 CRT of good methodological quality had assessed the efficacy of some antispasmodics in IBS abdominal pain. Despite a high risk of bias, pinaverium was the most favorably assessed and effective antispasmodic treatment. Antispasmodics have yet to be adequately assessed in primary care for abdominal pains with other causes.


Télécharger l'article gratuitement Retour au sommaire du n°136