S'identifier

Bénéfices et risques des différentes méthodes contraceptives

Auteurs : Kettani K, Letrilliart L.

exercer 2017;135:310-8.

Rubrique: Soins

N° 135 - Pages 310 à 318

Télécharger l'article gratuitement Download in english for free Retour au sommaire du n°135

Résumé :

Objectif. Décrire les bénéfices contraceptifs (prévention des grossesses non désirées) et non contraceptifs (thérapeutiques et préventifs) et les risques des différentes méthodes contraceptives.
Méthodes. Revue de la littérature à partir de la banque de données Medline et de la librairie Cochrane. Au total, 687 articles ont été initialement identifiés et 377 articles finalement inclus. L’efficacité contraceptive a été mesurée par l’indice de Pearl, les bénéfices non contraceptifs et les risques sous la forme de risques absolus ou relatifs (RR), d’odds ratio (OR), de différence d’efficacité moyenne ou d’excès de risque.
Résultats. L’indice de Pearl, pratique, est minimal pour l’implant, les DIU, le patch transdermique, et la ligature des trompes (entre 0 et 1 pour 100 années-femmes), et maximal pour les méthodes barrières (jusqu’à 32). Une contraception orale combinée (COC) améliore l’acné (disparition de 3 à 55 lésions faciales) et les dysménorrhées primaires (OR entre 0,3 et 0,8). Le DIU au lévonorgestrel réduit les ménorragies de 77 à 94 %, et une COC les réduit de 35 à 68 %. Les contraceptions progestatives préviennent les cancers de l’endomètre et de l’ovaire (OR ou RR entre 0,3 et 0,9). Seuls les progestatifs injectables sont responsables d’une prise de poids (de 3,1 kg en moyenne à 36 mois). Le risque de thrombose veineuse est associé à l’utilisation des contraceptions combinées (RR variant entre 2,0 et 17,7 selon les différentes générations) ou d’un progestatif injectable (RR entre 1,3 et 5,6). L’utilisation d’une contraception combinée est associée à un risque de thrombose artérielle (OR entre 1,2 et 2,8).
Conclusion. Le choix d’une méthode contraceptive doit tenir compte de sa balance bénéfices-risques, ainsi que des antécédents et des préférences de chaque patiente.


Abstract :

Objective. To describe the contraceptive (prevention of unintended pregnancies) and non-contraceptive (therapeutic or preventive) benefits, and the risks of contraceptive methods.
Methods. Literature review from the Medline databank and the Cochrane library. A total of 687 articles were initially identified and 377 finally included. The contraceptive effectiveness has been measured with the Pearl index, the non-contraceptive benefits and the risks with absolute or relative (RR) risks, odds ratio (OR), mean effectiveness difference or excess risk.
Results. The practical Pearl index is minimal for the implant, IUDs, transdermal patch and tubal ligation (between 0 and 1 for 100 womenyears), and maximal for the barrier methods (up to 32). Combined oral contraception (COC) improves acne (loss of 3 to 55 facial lesions) and primary dysmenorrhea (OR between 0.3 and 0.8). The levonorgestrel IUD reduces menorrhagia from 77 to 94 %, and a COC reduces it by 35 to 68 %. Progestin-only contraceptives prevent endometrial and ovarian cancers (OR or RR between 0.3 and 0.9). Only the injectable progestins induce a weight gain (of 3.1 kg on average at 36 months). The risk of venous thrombosis is associated with the use of combined contraceptives (RR between 2,0 and 17,7, depending on the various generations) or of an injectable progestin (RR between 1.3 and 5.6). The use of combined contraception is associated with a risk of arterial thrombosis (OR between 1.2 and 2.8).
Conclusion. The choice of a contraceptive method must take into account the benefit-risk balance, as well as the history and preferences of each patient.


Télécharger l'article gratuitement Download in english for free Retour au sommaire du n°135