S'identifier

Modes de rémunération des médecins généralistes : quelles conséquences ?

Auteurs : Saint-Lary O, Franc C, Raginel T, Cartier T, Vanmeerbeek M, Widmer D, Ruelle Y.

exercer 2015;119:52-61.

Rubrique: Recherche

N° 119 - Pages 52 à 61

Télécharger l'article Download in english Retour au sommaire du n°119

Résumé :

Introduction. La réforme de la loi de santé cristallise des tensions entre les différents acteurs du système de santé. Outre la question du tiers payant, qui sera abordée dans un prochain article, certaines organisations professionnelles souhaitent renforcer la place du paiement à l’acte quand d’autres plaident pour plus de mixité des modes de rémunération. De nombreux travaux d’analyse économique ont été menés dans le but d’étudier les avantages et inconvénients propres à chacun des modes de rémunération des médecins. Cet article propose une synthèse des données concernant différentes modalités de rémunération des médecins : le paiement à l’acte, la capitation, la rémunération à la performance et le salariat.
Méthode. Travail collaboratif d’analyse de la littérature entre médecins et économistes de la santé. Les bases de données consultées ont été MEDLINE, la bibliothèque Cochrane et CAIRN.
Résultats. Chaque mode de rémunération comporte des avantages et des inconvénients, aussi bien pour le financeur que pour les médecins et les patients. Le paiement à l’acte augmente la productivité des médecins mais peut majorer les dépenses de santé. La capitation et le salariat diminuent l’offre de soins mais permettent de contrôler les dépenses de santé et de développer des activités préventives. L’efficacité de la rémunération à la performance est aujourd’hui remise en question. La tendance actuelle vise à favoriser la mixité des modes de rémunération en espérant y associer les avantages de chaque modalité et limiter la part des défauts de chacune. La complexité des systèmes rend difficile la comparaison d’un pays à l’autre.
Conclusion. Le choix des modes de rémunération par le financeur est un choix qui doit prendre en compte les possibilités de combinaisons des différents modes de rémunération et les évolutions ou les aspirations sociétales pour répondre aux besoins de santé de la population.


Abstract :

Introduction. The health reform law crystallizes the tensions between the different health system players. Besides the specific issue of third-party payment, which will be addressed in an upcoming article, some professional organizations wish to strengthen fee for servicies while others call for more mixed forms of remuneration. Many economic analyses were conducted to study the benefits and limits of each mode of physician compensation. This article offers a synthesis of the literature about these modes: fee for service, capitation, payment performance and wage labor.
Method. Collaborative literature analysis between doctors and health economist. The databases searched were MEDLINE, the Cochrane Library and CAIRN.
Results. Each mode has specific benefits and limits for the financer, the physicians and the patients. Fee for services increases physician productivity but may increases health spending. Capitation and salary decrease care supply but might help to control health spending and to develop preventive activities. The effectiveness of pay for performance is now being questioned. The current trend is to promote mixed forms of remuneration, hoping to combine the advantages and limit the share of defects of each modality. The complexity of such systems makes it difficult to compare from one country to another.
Discussion. The choice of a mode by the financer must take into account both the possible combinations of different payment methods and the developments or societal aspirations to meet population health needs.


Télécharger l'article Download in english Retour au sommaire du n°119