S'identifier

Internet peut-il être utilisé par les médecins généralistes pour délivrer une intervention brève pour les consommateurs d’alcool à risque ?

Analyse et commentaire : Huas C.

D'après une communication de : Wallace P, et al.

exercer 2014;112 suppl 1:30S-1S.

Rubrique: Recherche

N° 112 (supp.1) - Pages 30 à 31

Télécharger l'article Retour au sommaire du n°112 (supp.1)

Résumé:

Contexte
L’intervention brève (IB) par des intervenants de soins primaires a prouvé son efficacité pour diminuer la consommation d’alcool des consommateurs à risque1. Pourtant, moins de 10 % des consommateurs à risque sont identifiés en soins primaires, et moins de 5 % bénéficient de l’intervention brève. Les obstacles identifiés à cette implémentation sont le manque de confiance du médecin généraliste (MG) à faire cette intervention, le manque de financement, le manque d’entraînement et de support, la peur de vexer le patient, et les contraintes de temps1. Une IB en face à face ajoute quinze minutes à la consultation. Le site Down Your Drink (DYD) (http://www.downyourdrink.org.uk/) propose une intervention brève en ligne indépendante de toute consultation. Récemment évaluée dans un essai comparatif randomisé (ECR), son utilisation a entraÎné une réduction significative de la consommation d’alcool et des comportements à risque liés à la consommation d’alcool des patients ayant bénéficié de l’intervention2. En Grande-Bretagne, il y a des accès à des programmes de thérapie cognitivocomportementale proposés par les MG et délivrés via des sites Internet. Un accès facilité vers un site Internet dédié pourrait être une alternative à une IB en face à face, permettant un gain de temps. L’efficacité de cette intervention reste à démontrer.


Télécharger l'article Retour au sommaire du n°112 (supp.1)